Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #passion tag

5 points pour reconnaître un PN

Publié le par Etoile Filante

1.Il culpabilise les autres au nom du lien familial, de l'amitié, de l'amour, de la conscience professionnelle; lui se positionne comme innocent et impuissant, presque comme s'il n'existait pas. Il vous dira d'aller vous débrouillez avec les autres directement, cela contribuera à vous faire passer pour un/e fou/folle auprès de ses chers "amis", qui par ailleurs ne restent jamais très longtemps à ses cotés, et vous vous sentirez plutôt abandonné(e) pour ne pas dire inexistant(e) à ses yeux. Sachez que tant que lui y trouve son compte, on s'en fout de vous, non?

2.Il reporte sa responsabilité sur les autres, ou se démet des siennes. Dans son langage il utilise rarement le "je" et fait comme s'il n'existait pas et que ses actes n'avaient pas eu lieu, comme si ses actes étaient sans conséquence aucune. C'est vous qui avez un problème, pas lui. C'est encore vous qui avez fauté, pas lui. Et alors, quand allez-vous enfin céder et vous rendre compte que vous avez un problème ou que vous êtes carrément folle?

Les autres, les autres et encore les autres, oh ce qu'ils ont bon dos, mais attention car il a aussi la capacité de paraître respectueux envers ceux qu'il utilise momentanément et là, attention, ça sent le souffre. C'est qu'il travaille dur le pépère à construire son "image". C'est vous qui risquez de vous mettre en colère car forcément il ne les verra pas comme vous, ils sont parfaits et vous êtes nulle, et oui, la période de séduction et bel et bien finie, rendez-vos armes et obéissez, de suite! Sans quoi, c'est le massacre!

3.Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et opinions. S'il souhaite quelque chose, il vous dira que c'est vous qui en avez besoin et que vous aimez cela! La demande ne sera pas directe mais il "vous fera bien comprendre" dira-t-il, à vous de comprendre, de jouer et de porter. Ça fait beaucoup. Surtout cela laisse une grande possibilité pour lui de vous dire que vous ne comprenez rien, que vous ne l'écoutez pas et que vous ne prenez pas en compte ses besoins, pauvre chaton, comme elle est vilaine sa maman.

4.Il répond très souvent de façon floue. Il utilise des mots comme "une personne", "il", "elle", à un "endroit", un "jour". Avec vous, aucune heure de rendez-vous n'est possible, ce sera selon son bon gré et surtout en fonction de toutes les autres "personnes" qu'il a à voir ce jour là, il y a tellement d'imprévus, vous comprenez. Et puis, ce que vous êtes exigeant(e) de vouloir connaitre l'heure du rendez-vous! Enfin! Adaptez-vous, ce que vous êtes rigide et curieuse.

5.Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations. Un jour il aimera beaucoup le vert et le lendemain il en aura horreur mais il vous dira que VOUS êtes telle une girouette qui change de direction. C'est vous, c'est pas lui, nah! Mais enfin, quelle idée d’être aussi nul(le), enfin!

5 Points pour reconnaître un PN

5 Points pour reconnaître un PN

Voir les commentaires

La rencontre magique

Publié le par Etoile Filante

Il est beau et parfait mon PRINCE CHARMANT, ah bon?

Il est beau et parfait mon PRINCE CHARMANT, ah bon?

Voir les commentaires

Seul lui est au centre de l’attention

Publié le par Etoile Filante

MOI MOI MOI

MOI MOI MOI

Voir les commentaires

Le Pervers Narcissique

Publié le par Etoile Filante

Si vous regardez cette photo, vous ne le verrez jamais comme cela tant que vous ne serez pas TROP PROCHE DE LUI! Attention! Il semble doux comme un agneau, charmant comme un prince parfaits mais il est redoutable.

Le pervers narcissique est aussi un manipulateur, les autres n’auront d’intérêt pour lui que s’il peut s’en servir à des fins personnelles, voici un complément d’info pour pouvoir encore mieux détecter ce type de parasites dont on ne peut se libérer qu’en les connaissant mieux.
Comment reconnaître un manipulateur d'après Isabelle Nazare-Aga, thérapeute. A partir de 14 cases cochées vous êtes en présence d'un manipulateur, au delà encore plus.

1. il culpabilise les autres

2. il reporte sa responsabilité sur les autres
3. il ne communique pas clairement ses demandes, besoins, sentiments, opinions
4. il répond très souvent de façon flou
5. il change ses opinions comportements selon les personnes et les situations
6. il invoque des raisons logiques pour déguiser sa demande
7. il fait croire aux autres qu’ils doivent être parfaits qu’ils ne doivent jamais changer d’avis qu’ils doivent tout savoir pour répondre immédiatement aux demandes et aux questions
8. il met en doute les qualités, compétences, la personnalité des autres, il juge, dévalorise.
9. il fait faire passer ses messages par autrui ou par intermédiaire
10. il sème la zizanie et créé la suspicion, divise pour mieux régner
11. il sait se placer en victime pour qu’on le plaigne
12. il ignore les demandes
13. il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins
14. il menace de façon déguisée, ou fait du chantage ouvertement
15. il change de sujet au cours d’une conversation
16. il évite l’entretient ou la réunion, puis s’en échappe
17. il mise sur l’ignorance des autres et fait croire à sa supériorité
18. il ment
19. il prêche le faux pour savoir le vrai
20. il est égocentrique
21. il est jaloux
22. il ne supporte pas la critique et nie les évidences
23. il ne tient pas compte des droits, des désirs, des besoins des autres
24. il utilise souvent le dernier moment pour demander, ordonner, ou faire agir autrui
25. son discours paraît logique ou cohérent, alors que ses attitudes, actes, mode de vie répondent au schéma opposé
26. il utilise des flatteries pour nous plaire, fait des cadeaux, ou se met soudain au petit soin pour vous
27. il produit un état de malaise ou de sentiment de non liberté : pris au piège
28. il est efficace pour atteindre ses buts au dépends d’autrui
29. il nous fait faire des choses que nous n’aurions probablement pas faite de notre grès.
30. il est constamment l’objet de discussions entre gens qui le connaissent même s’il n'est pas là

Au delà de 14 points, vous êtes en présence d’un manipulateur. Il est impossible de le faire changer ou de le satisfaire pour qu’il s’arrête. Tout ce que pouvez faire, c’est vous protéger :

* L’indifférence : la vraie indifférence. S’il voit que vous êtes indifférent, il passera à quelqu’un d’autre.
* La fuite : évitez-le, ne lui donnez pas de prise sur vous.
* La contre-manipulation : stratégie permettant de tenir le coup si vous êtes forcés d’être en sa présense.

Bonne journée quand même!

Je vais te détruire

Je vais te détruire

Voir les commentaires

Tu es ignoble, tout simplement

Publié le par Etoile Filante

Le PN - Un monstre ignoble

Le PN - Un monstre ignoble

Voir les commentaires

Toi, au quotidien

Publié le par Etoile Filante

En fait pour tes 40 ans tu as été vraiment pourri gâté. Ton ex t’a offert un ordinateur portable, une de tes amantes un harmonica et moi, amoureuse comme jamais, le saut de ta vie en élastique et une paire de roller pour que tu files, mais tu es resté, resté accroché comme un singe en continuant tes manigances et tes trahisons multiples.

Le pire c’était que toutes ces ex et amantes pensaient ne pas être ex, ni amante, mais bien avoir une relation dans la durée avec le beau "S".

Comment puis-je encore aimer un tel monstre ? Un homme qui a fait beaucoup de mal à mes enfants, qui m’a meurtrie, qui m’a trompé, qui me cache presque tout en prétextant mille excuses plus bidons les unes que les autres ? Je souffre peut être du Syndrome de Stockholm ou encore d’une forme de dépendance affective, de failles sentimentales très certainement, de l’envie d’y croire, d’être aimée par toi que j’admirais, mais c’est sans appel. Il n’y a que moi qui peut mettre fin à ta folie, à la démence de cette relation qui a pourri jusqu’à la substantielle moelle. Je me sens telle une souris entre les griffes d’un lion.

Lorsque tu es finalement parti, grâce à la police, je ne pouvais plus garder la chienne, j’ai demandé ton aide, tu m’as dit de me débrouiller. J’ai tenu bon quelques mois et n’y arrivant pas avec 3 enfants et un chien seul, j’ai décidé de la confier au chenil. Je t’en ai informé, tu n’as pas tenu à me soutenir ni à venir. Tu es par contre retourné à ce même chenil quelques temps plus tard, ne respectant pas mon souhait et créant un faux espoir pour cette pauvre bête qui t’a reconnu, dont tu n’avais que faire, pour ensuite me dire en pleurnichant que je devrais la reprendre. Toi le héros, le sauveur tu me l’aurais ramenée. Par contre tu n’étais pas prêt pour me donner un coup de main. Le coup de main c’est pour les autres. Pourquoi ne laisses tu pas ceux qui souffrent en paix ? D’où surgit ce besoin de transgresser les limites ?

Lorsque mon fils excédé par ton comportement inhumain, persistant et destructeur a décidé de partir et que j’étais effondrée, tu as répondu absent. Selon toi, tu n’y étais pour rien. Il est parti, j’ai pleuré, il n’avait que 12ans et une rage aveugle tellement tu t’étais acharné sur lui.

A la maison, tu fouillais systématiquement les poubelles, il fallait que tout soit rangé là où tu le souhaitais. Tu t’autorisais à partir sans dire ni ou ni quand et surtout il ne fallait rien te demander ou te dire car c’était la porte ouverte à s’en prendre plein la figure. Du « jalouse », du « tu ne me contrôleras pas », du « tu veux tout savoir » me gratifiaient continuellement si jamais j’avais le malheur de poser une seule question. Comment vivre sereinement une relation dans ces conditions ?

J’ai affronté tout cela SEULE, jamais tu n’as été à mes côtés, tu étais absent, totalement invisible. Cela je te le reproche, toi qui transforme quelque dialogue que ce soit en reproche, en voilà un, je te le dédie et te l’offre en hurlant de frustration après ces quelques années passées « en ta compagnie ».

J’aurai du me douter. Je me rappelais nettement avoir vu ton ex-épouse au fond d’un divan, t’attendant chez tes parents. Elle ne transpirait pas le bonheur. J’étais jeune à l’époque mais j’ai bien ressenti et c’était tellement fort que je me rappelle exactement de mon ressenti ce jour-là. Curieusement cette image est toujours restée gravée en moi.

Tout comme celle ou venant chercher ta sœur à la gymnastique tu embrassais à la sauvette, dans le noir, une jeune fille du club. Tu as toujours volé ce que tu voulais. Tu dérobes leur énergie aux femmes que tu fréquentes. Tu les approches grâce à ton air taciturne et mystérieux, non ce ne sont pas tes habits qui datent d’il y a 20 ans en arrière qui les attirent.

J’ai souvent eu l’impression que tu me volais des moments, de l’énergie, de la beauté. Je brillais de mille feux, je démontrais une grande confiance en moi et tu as aimé. Tu m’as dit « j’aime les femmes comme toi entreprenantes et entrepreneurs ». Aujourd’hui je te vois comme le vampire de lumière que tu es. Ne sachant pas briller, n’ayant pas du tout confiance en toi, tu optes pour des femmes brillantes que tu suces jusqu’à la moelle. A ma connaissance tu les laisses toutes sur le carreau, les unes après les autres, en dépression et totalement détruites.

Tu as feint de vouloir te suicider un soir du jour de l’an en Espagne, franchement, tu aurais dû sauter, cela m’aurait simplifié la vie. Je pense que tu n’en aurais pas eu le courage, un poltron reste un poltron quel que soit sa partenaire.

Je ne connais pas les mots scientifiques qui pourraient étiqueter ton comportement, il semble y en avoir plusieurs :

  • Passif agressif pour ta grande procrastination
  • Pervers narcissique pour ton experte manipulation
  • Bipolaire pour tes changements d’humeurs soudaines et imprévisibles
  • Et peut-être encore autre chose

J’ai cru pouvoir t’aider, te sauver et il n’en est rien. Je reste le bec dans l’eau en entendant tes nombreuses projections me cribler le mental. J’en ai assez de ce monde de folie, de ces voyages au plus profond, au cœur de la démence. Je les laisse à celles qui souhaitent les découvrir. Vous avez là un très bon guide, inoubliable, je le cède volontiers, cela fait plus de deux ans que cet homme me poursuit, sourd à mes ruptures, m’offrant 42 roses le jour du décès de mon père alors qu’il sait que tout est fini depuis longtemps.

Notre chemin s’arrête là. Je raconte mon expérience à titre d’information pour celles ou ceux qui auraient envie de passer par là ou qui se seraient perdus dans les méandres du mental fou.

Je n'y suis pour rien, tu as mal?

Je n'y suis pour rien, tu as mal?

Voir les commentaires

Un monde à part

Publié le par Etoile Filante

Aujourd’hui l’on parle beaucoup dans les médias du profil du pervers narcissique autrement dit PN. Il est discuté lors de colloques de psychanalystes et chacun a sa vue et son approche. En grandes lignes ce que j’entends est « fuyez-le », évitez toute communication, il n’y a rien à faire, il ne peut changer. Je n’ai pas un diagnostic précis par rapport à son comportement, je ne suis pas habilitée pour l’établir. Ce que je sais c’est que très souvent je ressens de la vulnérabilité et que je fais l’expérience de sentiments forts et d’émotions puissantes. J’ai l’impression d’avoir visité les vortex de la folie, ses méandres, ses virages aveugles à épingles. Il me semble que cette relation ne peut être démêlée, qu’il n’y a pas d’espoir de mieux être ni faire.

Le seul fait d’avoir un enfant ou plusieurs au sein d’une telle relation signifie déjà que la fuite et la non-communication (seconde approche prônée) sont carrément impossibles. Alors que faire, comment vivre avec, communiquer avec une personne présentant ce type de comportement ?

Une chose est sure : une relation est un échange entre deux personnes, pas forcément à 50/50 comme le plébiscitent certains, mais une relation entre deux êtres humains. A partir de là, il semble intéressant de regarder au moins des deux côtés et non plus uniquement d’être dans la fuite car elle ne résoudra pas tout.

Les psys variés semblent avoir relativement peu de ressources face à ce type de comportement, à tel point qu’il est souvent qualifié de bête noire. Le meilleur conseil qui se répète est celui de s’éloigner, de couper les ponts, seulement voilà lorsque qu’il y a un enfant dans l’équation, que faire ?

Quelles sont aujourd’hui les ressources pour gérer une relation comportant au moins une personne présentant ce comportement ? Qui doit changer ? Et les enfants dans tout ça, qu’en faire ? Comment les protéger ?

Il y a surement maintes façons de regarder ce type de relation, plusieurs perspectives et approches mais voyons concrètement comment se présente un tel comportement. Les prochains chapitres nous donneront une idée de ce comportement et des effets qu’ils peuvent avoir sur l’entourage. N’étant pas psychologue de profession, j’éviterai de rentrer dans une analyse trop approfondie et tenterai de coller au pragmatisme. C’est bien de concret dont nous avons besoin lorsque nous visitons les limites ou les profondeurs de la folie et de faire attention. Rester conscient est vital au risque de plonger trop loin, ce qui rendrait ‘le sauvetage’ plus ardu.

Et oui, fréquenter une telle personne donne parfois l’impression de rentrer dans un monde à part, de dépendance, de passion, de choses fortes et souvent peu ou pas expérimentées en première personne auparavant.

Les chapitres suivants aborderont l’alter ego de la relation afin de mieux comprendre ce qui se passe à l’intérieur de nous lorsque nous échangeons avec des personnes présentant de tels comportements.

Et puis nous regarderons divers avis, des voies de résilience, des portes de sortie avant de conclure sur le sujet.

Se cacher ou chercher des solutions pour aller mieux?

Se cacher ou chercher des solutions pour aller mieux?

Voir les commentaires

C’est une histoire de bâton et de carotte. Donnez tout le temps du bâton à

Publié le par Etoile Filante

C’est une histoire de bâton et de carotte. Donnez tout le temps du bâton à un âne, son cuir s’endurcit, il finit par se révolter. Donnez tout le temps des carottes, il les prend comme un dû. Donnez-lui sans logique le bâton et la carotte, il en deviendra fou et vous obéira sans retenu.

Tu souffles le chaud et le froid

Tu souffles le chaud et le froid

Voir les commentaires

Le vide énorme que je ressens

Publié le par Etoile Filante

5h30 du matin, mercredi 1 aout, je me réveille en sursaut, le ventre empli d’anxiété, je pleure à chaudes larmes. La douleur émotionnelle est profonde, me ravage les intérieurs, je ne sais comment la décrire autrement. Mes enfants sont partis hier voir leur père, je suis avec mon plus jeune pour un mois, un mois presque vide de choses prévues et pas vraiment l’ombre d’un soutien autour de moi. J’angoisse.

Je viens de rêver que l’homme auquel je tente de m’arracher, l’homme que j’aime si fort, de tout mon corps, de toute mon âme vient de m’annoncer froidement qu’il vient de rencontrer quelqu’un ce week-end et que sa nouvelle partenaire attend un enfant d’eux.

Tel un coup de poignard dans le ventre, je souffre.

C’est sa froideur qui me foudroie, je tente de mieux comprendre mais il n’y a pas de dialogue, il ne me donne pas d’informations.

Dans mon rêve, je marche sous la pluie en pleurant. Je réalise combien j’ai mal. Ce genre de mal qui plonge au plus profond de vous, comme si un lien de dépendance, qui semblait un amour fort, se dévoile petit à petit.

Qu’est-ce que j’éprouve vraiment ? Je ne sais plus, est-ce de l’amour, de la dépendance, de la possession, je ne sais répondre précisément.

Il est loin, dans un autre pays et je n’ai qu’une envie c’est qu’il me prenne dans ses bras chauds et aimants, mais le sont-ils vraiment ? Est-ce la bonne solution ?

Je pense à l’appeler dans la nuit, à lui envoyer un sms dans lequel je lui dirais « s’il te plait laisse-moi tranquille, tel un appel au secours, je souffre trop ». Je réfléchis, cela fait un an et demi que je lui dis cela, sans arrêt et il ne me respecte pas. Je repense à ses bras chauds, sont-ils réellement plein d’amour quand ses premiers mots ne sont que reproches et dévalorisation ?

Ai-je encore l’envie, la force de dépendre de lui, de m’illusionner sur cette relation qui semble sans issue ?

Finalement le rêve me révèle qu’il me trompe depuis quelques mois, depuis mon départ de la Suisse, qu’il la trouve magnifique et qu’il n’a d’yeux que pour elle. Je n’existe plus à ses yeux mais ai-je authentiquement existé pour lui?

Ses mots blessants, les incohérences entre ses dires et ses actions, les promesses sans suite, les choix en faveur de ses intérêts et de ses passions, le nombre interminable de conflits me laissent penser que tout cela n’était qu’une scène de théâtre psychologique.

Je me demande si au fond il y avait autre chose qu’une dynamique toxique dans cette relation. J’ai beaucoup cherché, lu, compris et aujourd’hui je suis fatiguée et je ne veux plus de cette atmosphère complètement plombée qui se crée autour de sa présence, de ces non-dits qui pèsent plus lourd qu’un Airbus A380.

C’est un réveil douloureux, je sors d’un monde d’illusion au sein duquel le conte du Prince Charmant a du mal à s’écrouler émotionnellement. Tout dans la raison est en place, logique et cohérent mais les émotions tiennent bon et ne lâchent pas le morceau.

Je lis dans les manuels « fuyez-le ! », ah le bon conseil ! D’abord encore faut-il y arriver car cela fait exactement un an et 7 mois que je lui demande de me laisser tranquille et qu’il me répond « ma chérie, je t’aime » sans jamais prendre en compte ma souffrance et mon désir d’éloignement, ce qui rend la rupture et la reconstruction extrêmement pénible et difficile.

La souffrance de la proie originellement saine...

La souffrance de la proie originellement saine...

Voir les commentaires