Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #manipulateur psychologique tag

Comment ça commence ?

Publié le par Etoile Filante

Un très belle rencontre. Au départ cela ne se voit pas, cela ne se sent pas vraiment non plus, surtout si vous n’avez jamais eu à faire à ce genre de personnage ou que vous ne savez que très vaguement ce que veut dire manipulation. Le mot nous le connaissons mais nous n’en maîtrisons pas forcément les rouages, ni l’étendue, alors danger potentiel.

Seulement si vous êtes doté d’un ressenti hors pair et/ou d’une intuition développée pouvez-vous déceler le PN dès le début. Il est des mots clefs qui doivent faire sonner votre sonnette d’alarme comme le classique « tu ne pourras plus te passer de moi ».

Savoir écouter activement avantage ceux qui possèdent cette compétence car nous pourrons peut-être entendre un manque de cohérence, une certaine ambiguïté, des zones d’ombres floues dans le discours de notre interlocuteur.

Tout ceci sans bien sur tomber dans le piège de la paranoïa des que vous rencontrez quelqu’un.

Bien souvent il est tellement charmant que nous tombons comme une cerise mure à ses pieds, direct, rien à faire, c’est tout cuit dans son bec.

Il aime les personnes brillantes, intelligentes, gaies, qui dégagent beaucoup de charisme, d’énergie, qui accomplissent dans la vie, tout son contraire quoi.

Et son but est de vous pourrir littéralement la vie. Il va tout mettre en œuvre pour que cela se passe, d’abord en vous charmant, puis tout en grande douceur, en vous manipulant.

Ça commence très soft avec des petites remarques, souvent accompagnées d’un manque de cohérence et d’attention de sa part si vous en tenez compte.

Par exemple, le mien m’avait dit que je n’étais pas assez féminine avec mes jeans, pull et bottes. Alors j’ai mis une robe, acheté des bottes à talon qu’il a choisi avec moi (mais que j’ai payé, oui car le mien a les doigts crochus, très crochus), bien maquillée et nous voilà sorti pour un apéritif dînatoire, que j’ai offert, durant lequel pas un seul coup d’œil, ni compliment ne m’a été promulgué. Vous pensez, pauvre chochotte, il était trop occupé à toiser ses proies, ses femelles pour jauger combien d’entre elles il pourrait acérer.

Mon PN était le frère de l’une de mes meilleurs amis d’enfance. Mais la toute première fois que je l’ai revu après 20 ans ou plus, le mien m’a dit que je mouillais beaucoup sous les bras. Normal j’étais habillée en plein cagnard avec 38 degrés, qui ne transpirerait pas dans ces conditions ? J’ai trouvé son commentaire fort déplacé et hors limite sur le coup. Je lui ai donc intelligemment répondu « préférerais-tu que je mouille ailleurs ? », ce tac au tac semblait l’avoir calmé mais non, en fait, il n’a fait qu’aiguiser sa volonté de me posséder. Il m’a proposé de me mettre en maillot. Je pressentais qu’il souhaitait voir mon corps alors j’ai choisi le maillot le plus classique et le moins dévoilant que j’ai trouvé, un une pièce noir traditionnel. J’ai adoré voir l’expression de son visage lorsqu’il m’a vu entrer dans la piscine. C’était déjà trop tard, le jeu entre nous avait débuté sans même que je m’en rende compte.

Notre conversation était déjà entrée dans la zone du 2 eme degré. Rien de direct. En me raccompagnant chez moi il a osé un « il faudrait que tu aies un copain ». A nouveau, j’ai trouvé ce commentaire déplacé et hors limite. De quoi se mêlait-il alors qu’il ne savait rien de ma vie. Et là j’ai commis l’erreur fatale de lui donner mon numéro de téléphone, c’était bien la première fois dans ma vie que je m’autorisais ce genre de démarche. Je pense que ne pas sentir de limites de son côté a contribué à mon « lâchage ». Il m’a embrassé en traînant sensuellement sur mes joues, comme si, mais non rien de plus et il est parti.

Pas d’invitation, pas de promesse de se revoir, tel un prédateur il laissa le temps agir. Je pris tout de même 6 mois de réflexion avant de le revoir, mais là aussi j’aurai mieux fait de rester là où j’étais.

Quelques mois plus tard, je le rejoignais à Paris par avion. Il vint me chercher avec une casquette sur laquelle était écrit King Kong et à part le fait qu’il soit très poilu, j’aurais du « lire » le signe. Il était écrit là devant moi. Pour une raison incertaine, je n’aimais pas cette casquette, à l’époque je le voyais comme le Prince Charmant pas comme King Kong et je lui aurais volontiers fait cadeau d’une couronne ornée des plus belles pierres. Aujourd’hui j’ai envie qu’il remette sa casquette de King Kong et j’aimerais y rajouter PN écrit en grosses lettres bien voyantes pour que d’autres ne se plantent pas.

Ca commence en souterrain et graduellement

Ca commence en souterrain et graduellement

Voir les commentaires

Culpabilité ou Expression

Publié le par Etoile Filante

Coupable et rongé ou Responsable et exprimé?

Coupable et rongé ou Responsable et exprimé?

Voir les commentaires

Sortir du harcèlement - Assertivité et Communication

Publié le par Etoile Filante

Sortir du harcèlement peut être simple et rapide ou long et douloureux, cela dépend de votre confiance en vous, du soutien dont vous bénéficiez et votre résilience personnelle.

Ceux qui sont bien accompagnés s'en sortent mieux et plus indemnes ; ils mettent aussi moins de temps à se reconstruire.

Il est fort possible que vous ayez à fournir le maximum d’efforts jusqu’à la fin car une proie, une délicieuse petite souris, ne se lâche pas aussi volontiers.

Lorsqu’il nous arrive de subir du harcèlement moral, nous pouvons avoir l’impression d’être enfermé dans une situation sans issue. C’est en effet le coté moral qui bloque notre esprit, notre pensée, alors comment faire pour aller de l’avant sans sombrer dans un puits sans fond ?

Il existe bien sur plusieurs voies que nous pouvons emprunter. En tout premier lieu, le fait de développer notre assertivité, c’est-à-dire, l'art de faire passer un message difficile sans passivité mais aussi sans agressivité. (cf Wikipedia)

Wikipedia continue sur le thème en nous disant que dans le cadre des relations humaines, l’assertivité est présentée comme un comportement qui s'appuie sur le refus d’avoir recours à trois comportements types à effets négatifs :

  • les comportements d’agression (ou de domination par la force) ;
  • les comportements de soumission, qui peuvent se matérialiser par la fuite ou l’abandon ;
  • les comportements de manipulation (ou de domination par la ruse), parfois exprimés sous forme de manipulations mentales.

Il existe aussi plusieurs compétences en lien avec l’assertivité comme :

  • Se respecter et se faire respecter
  • Développer la confiance en soi et savoir la projeter
  • Etre conscient de ses propres réponses, attitudes et de l’impact qu’elles peuvent avoir sur l’autre
  • S’affirmer face à des comportements « hors limites », à savoir, passifs, agressifs et manipulateurs
  • Savoir communiquer efficacement.

L’assertivité est donc l’une des réponses possibles que nous pouvons choisir d’adopter tout en sachant que cela s’apprend et peut se développer chez chacun d’entre nous.

Bien souvent, nous n’avons pas vraiment reçu ce genre d’éducation et nous avons tendance à nous trouver démunis face à une situation de harcèlement. Alors développer sa propre assertivité, oui mais comment ?

Cela peut se faire par le biais d’une formation classique en premier lieu, qui permettra de mieux comprendre les mécanismes du comportement assertif, de commencer à prendre conscience de nos points de force et de nos points d’amélioration et de se sentir mieux.

Toutefois, une formation seule, même expérientielle ne suffit pas, à mon humble avis. Comme c’est très précisément le mental qui est touché, confus, voir endommagé, ne serait-ce que momentanément, la porte du corps est à envisager.

Le corps ? Oui, mais comment ?

Il s’agit de commencer à s’exprimer autrement que par la parole, de libérer les affects, les images mentales et de laisser être nos émotions. Nous sommes dans un processus énonciatif - une acception plus large, l'ensemble des circonstances déterminant un acte d'énonciation (certains linguistes parlent de contexte énonciatif) – donc dans une démarche d’inclusion.

Qu’est-ce que cela signifie ?

En bref, cela veut dire que nous évoluons dans un système, au sein duquel il existe des acteurs, des circonstances, un contexte et que nous pouvons, par là-même, retrouver notre liberté intérieure. Rien de philosophique ou de compliqué la dedans, nous parlons simplement de lâcher-prise, d’acceptation, en somme, de mieux vivre les situations auxquelles nous nous trouvons confrontés dans la vie. Celles qui nous dérangent, qui nous choquent, qui nous perturbent. Il s’agit non pas de donner du sens à notre situation mais de faire sens, car se limiter à comprendre que nous nous trouvons dans un cas de harcèlement moral et en comprendre les mécanismes ne suffit pas à nous tirer d’affaire, bien malheureusement.

Mais retournons au corps qui lui pourra nous offrir une magnifique opportunité de mieux-être, d’harmonie et d’évolution. Il existe plusieurs approches, selon vos gouts et préférences, qui peuvent également être complémentaires, sur la voie du mieux-être intérieur face au harcèlement.

Ce qui est important est que nous comprenions l’idée centrale d’expression corporelle que j’appellerai libre et spontanée, plutôt que d’une disposition corporelle qui ne serait qu’une mise en scène ou en forme par rapport à une consigne externe et/ou une codification technique. Je parle du être librement pour sortir de notre situation problématique, je parle donc d’improvisation, peu importe qu’elle soit sous forme de théâtre, de danse, de chant, de peinture, d’écriture ou encore autre chose. Vous saurez choisir ce qui vous correspond et surtout autorisez-vous à en pratiquer plusieurs, soit dans une même période soit en fonction de vos besoins et de vos ressentis.

En relisant l’article je me rends compte que je parle beaucoup d’être, car sortir d’une situation de harcèlement moral ne se fait pas uniquement en se débattant au risque d’y perdre notre plus beau ramage. Le corps, l’expression corporelle libre et spontanée permet de créer un espace et une liberté intérieure bénéfiques à notre mieux-être. L’apprentissage de l’assertivité nous donne les outils pour faire face à la situation. Nous voilà donc informés et équipés, reste à faire le premier pas pour débuter le sortir du harcèlement en douceur et intelligemment, en prenant soin de nous. N’oublions pas que le harcèlement peut se présenter à la porte de chacun d’entre nous. Bonne avancée !

 

Consultez également: https://www.albert-academie.com/lassertivite-ou-comment-dire-les-choses/ 

Sortir du harcèlement - Assertivité et Communication

Sortir du harcèlement - Assertivité et Communication

Voir les commentaires