Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #desespoir tag

Quelles sont les personnes susceptibles de « se retrouver » dans une relation de ce genre ?

Publié le par Etoile Filante

Pourquoi moi?

Pourquoi moi?

Voir les commentaires

Seul lui est au centre de l’attention

Publié le par Etoile Filante

MOI MOI MOI

MOI MOI MOI

Voir les commentaires

Un monde à part

Publié le par Etoile Filante

Aujourd’hui l’on parle beaucoup dans les médias du profil du pervers narcissique autrement dit PN. Il est discuté lors de colloques de psychanalystes et chacun a sa vue et son approche. En grandes lignes ce que j’entends est « fuyez-le », évitez toute communication, il n’y a rien à faire, il ne peut changer. Je n’ai pas un diagnostic précis par rapport à son comportement, je ne suis pas habilitée pour l’établir. Ce que je sais c’est que très souvent je ressens de la vulnérabilité et que je fais l’expérience de sentiments forts et d’émotions puissantes. J’ai l’impression d’avoir visité les vortex de la folie, ses méandres, ses virages aveugles à épingles. Il me semble que cette relation ne peut être démêlée, qu’il n’y a pas d’espoir de mieux être ni faire.

Le seul fait d’avoir un enfant ou plusieurs au sein d’une telle relation signifie déjà que la fuite et la non-communication (seconde approche prônée) sont carrément impossibles. Alors que faire, comment vivre avec, communiquer avec une personne présentant ce type de comportement ?

Une chose est sure : une relation est un échange entre deux personnes, pas forcément à 50/50 comme le plébiscitent certains, mais une relation entre deux êtres humains. A partir de là, il semble intéressant de regarder au moins des deux côtés et non plus uniquement d’être dans la fuite car elle ne résoudra pas tout.

Les psys variés semblent avoir relativement peu de ressources face à ce type de comportement, à tel point qu’il est souvent qualifié de bête noire. Le meilleur conseil qui se répète est celui de s’éloigner, de couper les ponts, seulement voilà lorsque qu’il y a un enfant dans l’équation, que faire ?

Quelles sont aujourd’hui les ressources pour gérer une relation comportant au moins une personne présentant ce comportement ? Qui doit changer ? Et les enfants dans tout ça, qu’en faire ? Comment les protéger ?

Il y a surement maintes façons de regarder ce type de relation, plusieurs perspectives et approches mais voyons concrètement comment se présente un tel comportement. Les prochains chapitres nous donneront une idée de ce comportement et des effets qu’ils peuvent avoir sur l’entourage. N’étant pas psychologue de profession, j’éviterai de rentrer dans une analyse trop approfondie et tenterai de coller au pragmatisme. C’est bien de concret dont nous avons besoin lorsque nous visitons les limites ou les profondeurs de la folie et de faire attention. Rester conscient est vital au risque de plonger trop loin, ce qui rendrait ‘le sauvetage’ plus ardu.

Et oui, fréquenter une telle personne donne parfois l’impression de rentrer dans un monde à part, de dépendance, de passion, de choses fortes et souvent peu ou pas expérimentées en première personne auparavant.

Les chapitres suivants aborderont l’alter ego de la relation afin de mieux comprendre ce qui se passe à l’intérieur de nous lorsque nous échangeons avec des personnes présentant de tels comportements.

Et puis nous regarderons divers avis, des voies de résilience, des portes de sortie avant de conclure sur le sujet.

Se cacher ou chercher des solutions pour aller mieux?

Se cacher ou chercher des solutions pour aller mieux?

Voir les commentaires

C’est une histoire de bâton et de carotte. Donnez tout le temps du bâton à

Publié le par Etoile Filante

C’est une histoire de bâton et de carotte. Donnez tout le temps du bâton à un âne, son cuir s’endurcit, il finit par se révolter. Donnez tout le temps des carottes, il les prend comme un dû. Donnez-lui sans logique le bâton et la carotte, il en deviendra fou et vous obéira sans retenu.

Tu souffles le chaud et le froid

Tu souffles le chaud et le froid

Voir les commentaires

Le vide énorme que je ressens

Publié le par Etoile Filante

5h30 du matin, mercredi 1 aout, je me réveille en sursaut, le ventre empli d’anxiété, je pleure à chaudes larmes. La douleur émotionnelle est profonde, me ravage les intérieurs, je ne sais comment la décrire autrement. Mes enfants sont partis hier voir leur père, je suis avec mon plus jeune pour un mois, un mois presque vide de choses prévues et pas vraiment l’ombre d’un soutien autour de moi. J’angoisse.

Je viens de rêver que l’homme auquel je tente de m’arracher, l’homme que j’aime si fort, de tout mon corps, de toute mon âme vient de m’annoncer froidement qu’il vient de rencontrer quelqu’un ce week-end et que sa nouvelle partenaire attend un enfant d’eux.

Tel un coup de poignard dans le ventre, je souffre.

C’est sa froideur qui me foudroie, je tente de mieux comprendre mais il n’y a pas de dialogue, il ne me donne pas d’informations.

Dans mon rêve, je marche sous la pluie en pleurant. Je réalise combien j’ai mal. Ce genre de mal qui plonge au plus profond de vous, comme si un lien de dépendance, qui semblait un amour fort, se dévoile petit à petit.

Qu’est-ce que j’éprouve vraiment ? Je ne sais plus, est-ce de l’amour, de la dépendance, de la possession, je ne sais répondre précisément.

Il est loin, dans un autre pays et je n’ai qu’une envie c’est qu’il me prenne dans ses bras chauds et aimants, mais le sont-ils vraiment ? Est-ce la bonne solution ?

Je pense à l’appeler dans la nuit, à lui envoyer un sms dans lequel je lui dirais « s’il te plait laisse-moi tranquille, tel un appel au secours, je souffre trop ». Je réfléchis, cela fait un an et demi que je lui dis cela, sans arrêt et il ne me respecte pas. Je repense à ses bras chauds, sont-ils réellement plein d’amour quand ses premiers mots ne sont que reproches et dévalorisation ?

Ai-je encore l’envie, la force de dépendre de lui, de m’illusionner sur cette relation qui semble sans issue ?

Finalement le rêve me révèle qu’il me trompe depuis quelques mois, depuis mon départ de la Suisse, qu’il la trouve magnifique et qu’il n’a d’yeux que pour elle. Je n’existe plus à ses yeux mais ai-je authentiquement existé pour lui?

Ses mots blessants, les incohérences entre ses dires et ses actions, les promesses sans suite, les choix en faveur de ses intérêts et de ses passions, le nombre interminable de conflits me laissent penser que tout cela n’était qu’une scène de théâtre psychologique.

Je me demande si au fond il y avait autre chose qu’une dynamique toxique dans cette relation. J’ai beaucoup cherché, lu, compris et aujourd’hui je suis fatiguée et je ne veux plus de cette atmosphère complètement plombée qui se crée autour de sa présence, de ces non-dits qui pèsent plus lourd qu’un Airbus A380.

C’est un réveil douloureux, je sors d’un monde d’illusion au sein duquel le conte du Prince Charmant a du mal à s’écrouler émotionnellement. Tout dans la raison est en place, logique et cohérent mais les émotions tiennent bon et ne lâchent pas le morceau.

Je lis dans les manuels « fuyez-le ! », ah le bon conseil ! D’abord encore faut-il y arriver car cela fait exactement un an et 7 mois que je lui demande de me laisser tranquille et qu’il me répond « ma chérie, je t’aime » sans jamais prendre en compte ma souffrance et mon désir d’éloignement, ce qui rend la rupture et la reconstruction extrêmement pénible et difficile.

La souffrance de la proie originellement saine...

La souffrance de la proie originellement saine...

Voir les commentaires